• Sylvie LV

La faute qui débloque

Suite à une publication sur mon mur Facebook j'ai fait une faute d'orthographe (je m'en suis aperçue des heures plus tard) et au moment de la corriger, j'ai eu cet accès de conscience "STOP" ne change rien, ça m'a ramenée à des blessures de perfection, de plaire, de ne pas décevoir etc… dans un même temps j'ai vu dans ma tête quelques visages et des réflexions de jugement sur les fautes d'orthographe; à cet instant il s'est produit un éclair, un flash qui m'a fait un bien FOU, comme une guérison instantanée en fait.

Et cette faute je ne veux pas la corriger car elle est mon point de bascule. comme quoi la prise de conscience tient à peu de chose dans la vie, souvent on attend trop, on se dit "quand vais je comprendre ce truc qui coince" et hop une faute d'accord et tout s'est mis en place sans intervention de ma part mais avec une belle guérison.


Je connais un homme qui n'a pas suivi sa scolarité classique, il s'exprime basiquement il fait beaucoup de fautes en revanche il excelle dans tellement d'autres domaines il a une culture botanique qui me fait pâlir cet homme est tellement intéressant et passionnant lorsqu'il partage ses connaissances. Alors vais-je le juger sur les fautes d'orthographe et sur son expression française différente de la mienne ? aujourd'hui je m'autorise à être imparfaite, à faire des fautes d'accord, de style, d'orthographe et (tout plein en plus) waouh comme ça libère pour le coup.

Qu'est ce qui compte en fait est-ce le texte brut enrichi d'un beau et bon français ou le fond du contenu ?


Je me rends compte que j'ai traîné ce poids toute ma vie je m'en aperçois seulement à cet instant en voulant corriger cette faute sur mon post Facebook et c'est incroyable c'était là devant moi je ne m'en étais jamais aperçu et ça se révèle là à ce moment, c'est miraculeux.


Je partage mon expérience pour apporter aussi la réflexion sur ces sujets de mal être, on ne sait pas pourquoi, ça va bien dans l’ensemble mais il y a toujours un petit truc qui cloche, un mal être discret mais bien là qu’on ne peut expliquer, et souvent il s’agit d’un truc tout con comme celui-ci que je transmets. Je me rends compte combien j’ai été moi-même en tant que maman assez intransigeante avec mes enfants par rapport aux fautes.

hein mon fils "les si n'aiment pas les ré" 😂

Il va de soi que, oui c’est super agréable de lire un texte sans fautes et bien rédigé, je suis la première à l’apprécier, pour autant retenir le sens et le trésor qui se cachent sous l’expression de l’auteur cela me nourrit davantage.



A partir d’aujourd’hui je me fais la promesse de ne plus douter de moi, de ne plus me juger sur l’état de mes textes, ils sont ce qu’ils sont, ils sortent tout droit de mon cœur, ils sont ma manière d’expression et de partage sans chichi. Car j'aime écrire, cela me relaxe, me donne accès à mon âme (je crois), dans la vie je parle vite, je m'exprime avec confusion car j'ai

36 000 choses à dire et du coup je n'arrive pas à maintenir et fixer mes idées, mes sujets, mes réflexions, écrire me détend, j'invite d'ailleurs à ce sujet, les personnes qui ont des problématiques à régler où un cerveau en ébullition de prendre un petit carnet et d'écrire tout ce qui passe par la tête, je vous assure que c'est très libérateur.



Merci amis(es) lecteurs(trices)